Archives de Tag: théâtre

Lumineuse fin de saison à l’Avant Seine

Ce week-end, il faut courir à l’Avant Seine /Théâtre de Colombes qui connaîtra un joyeux bouleversement culturel,  à l’initiative de Grégoire Lefèvbre. L’Avant Seine /Théâtre de Colombes accueille le samedi 4 juin, La Nuit des Rois de Shakespeare, en version «bollywood », comédie de l’émerveillement, où rêverie amoureuse, bamboche irréelle, travestissement des apparences et du langage sont vivifiés par une mise en scène généreuse aux couleurs et musiques de l’Inde.

Chatoyante Nuit des Rois

Le spectacle, proposé par l’Avant Seine /Théâtre de Colombes, a été conçu par The Company Theatre de Mumbaï et créé initialement pour le Globe Theatre de Londres.

Le metteur en scène Atul Kumar rend hommage à l’univers de la comédie de Shakespeare. Le rire y est roi, les chants et les danses remplacent des mots corrompus par la subversion des apparences. Le déplacement de la légendaire pièce dans un village indien emporte par sa joie communicative, les thèmes, les sentiments sont là en filigrane au milieu des rebondissements et clowneries diverses.

LA-NUIT-DES-ROIS_3118987971832908256

Envoûtante journée indienne

A l’occasion de ce spectacle, le théâtre propose aux spectateurs de découvrir les codes et coutumes de la culture indienne, au travers d’ateliers gratuits, d’initiations et de rencontres.  Dès 11 h, ce samedi 4 juin, hatha yoga, découvertes des saveurs de la cuisine indienne, de sa langue hindi, des danses traditionnelles et bollywoodiennes se succèderont à l’Avant Seine, favorisant l’immersion des participants dans l’univers contrasté d’une Inde magique.

L’ensemble de la programmation et les conditions d’accès sont à retrouver sur le site de l’Avant Seine /Théâtre de Colombes

La Nuit des Rois d’après William Shakespeare

Adaptation Amitosh Nagpal, mise en scène d’Atul Kumar, par The Company Theatre de Mumbaï

Samedi 4 juin 2016 – 20h30 Durée : 2h avec entracte. Spectacle en hindi surtitré en français

L’Avant Seine / Théâtre de Colombes
Parvis des Droits de l’Homme – 88 rue Saint Denis, 92700 Colombes

Publicités

Bienvenue chez les fous, [hullu], Théâtre de faux-semblant

 « Approchez respectueusement sans préjugés et ouverts à l’idée d’apprendre de nouvelles choses, et vous trouverez un monde que vous n’auriez jamais pu imaginer. » Jim Sinclair, autiste Asperger.

 En finnois, hullu est un terme péjoratif qui signifie fou, agité. Avec [hullu], accueilli au Théâtre du Fil de l’Eau à Pantin en collaboration avec le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette du 7 au 15 mars, le Blick Théâtre va à la rencontre de ces fous que notre société, avide d’uniformité, de norme et de sécurité, craint. La compagnie, issue du Boustrophédon, s’illustre à travers trois disciplines fondées sur le mouvement expressif : cirque, clown, marionnettes.

[hullu]-blick-theatre©Arthur-Bramao10Crédit photo : Arthur Bramao

Dans le hors norme de la folie et de l’autisme

 [hullu], ce sont trois personnes dans une pièce, et les autres. L’espace est vide, ou presque. Personne ne parle. L’un s’agite frénétiquement, l’autre est aux aguets, la troisième se balance doucement d’avant en arrière. Les autres, insaisissables, apparaissent et disparaissent, font un brouhaha silencieux terrible. Ils s’insinuent dans ce huis-clos, par les brèches de l’imagination.

L’un défait ce que l’autre construit. Parfois, ils se complètent, les gestes s’imbriquent par accident, nécessité, ou jeu, petits rituels et exploits du quotidien qui aident à ne pas devenir fou. Comme les deux autres.

Crédit photo : Arthur Bramao

Théâtre gestuel et marionnettes corporelles

 Le  Blick Théâtre a déjà été accueilli en résidence au Théâtre du Fil de l’Eau à Pantin au cours de la saison 2012-2013. La qualité de son travail et son investissement sur le plateau ont donné envie à la Ville de renouveler son engagement. Pour nous entraîner à la rencontre de ces fous, les membres de la compagnie croisent les disciplines. Manipulation d’objets, jonglerie et acrobatie, jeu clownesque jouent des fluctuations, des oscillations entre équilibre et déséquilibre, des points de rupture.

Et puis, il y a ces marionnettes, conçues par Johanna Ehlert, plus petites que les acteurs humains, difformes mais néanmoins sympathiques. Elles sont manipulées directement de l’intérieur par diverses parties du corps. Leurs mains et leurs pieds sont réalistes ce qui entretient la confusion entre marionnette et marionnettiste. Elles font naître la magie et l’illusion propres à chambouler les règles de notre perception, de notre monde. Elles nous entraînent au-delà des limites du connu, pour découvrir des univers que peut-être, sans elles, nous ne pourrions imaginer.

[hullu]

Compagnie Blick Théâtre

Auteurs et interprètes : Loïc Apard, Johanna Ehlert, Matthieu Siefridt, sur une idée originale de Johanna Ehlert

Dès 8 ans 

du 7 au 15 mars 2014 au Théâtre du Fil de l’Eau,

en collaboration avec le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette

Mardi, mercredi à 19h30, les vendredi à 20h30, samedi, dimanche à 16h

Séance scolaire : jeudi 13 mars à 14h30

 Le spectacle bénéficie de la formule Sors tes parents ! : 1 place adulte offerte pour 3 places achetées (2 places enfants et 1 place adulte).

Pour voir le teaser de [hullu], c’est ici 

Pour en savoir plus sur la compagnie du Blick Théâtre, c’est

Lire le dossier de presse du spectacle

Plus d’informations sur ce spectacle sur le site de la Ville de Pantin  et sur le site du Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette

One man show enragé à Pantin

On peut échapper au pire : à la fin de cette semaine « échapper au pire » signifie fuir  la douceur mièvre de la Saint Valentin. On peut même rire du pire : c’est le propos de Jean-Michel Rabeux et Gilles Ostrowsky. Avec Les Fureurs d’Ostrowsky, ces deux-là fabriquent une cérémonie tragique, imprégnée d’humour noir, à partir du mythe des Atrides. Batida and co vous invite donc à remplacer un possible duo sentimental par un réel solo délirant, les 13 et 14 février prochain au Théâtre du Fil de l’Eau à Pantin.

 Une bienfaisante catharsis en banlieue

Fidèle à son exigence d’innovation et d’expérimentation, la programmation théâtrale de la Ville de Pantin s’attache à proposer des spectacles en exclusivité. C’est le cas des Fureurs d’Ostrowsky  qui sont jouées pour la première fois en Ile de France les 13 et 14 février 2014 au Théâtre du Fil de l’Eau, à Pantin. Les équipes en charge des relations presse chez Batida and co ont travaillé, conjointement avec les attachés de presse de la Compagnie Jean-Michel Rabeux, afin de mettre en valeur cette volonté conjointe du metteur en scène et de la Ville de Pantin : expérimenter et partager.

Tel est le théâtre de Jean-Michel Rabeux : une expérience intérieure qui prend le risque du public. C’est en banlieue que son travail trouve un écho à la mesure de sa quête : « Je suis banlieusard –affirme-t-il- J’aime la banlieue parce qu’elle offre un espace humain où le théâtre me paraît pouvoir servir concrètement à quelque chose de l’ordre de la réconciliation. Faire battre du sang dans ce tissu urbain, voilà un but ! »

Et du sang, il y en a dans Les Fureurs d’Ostrowsky , il coule même à flot, pour le bonheur du public, tout comme le verbe du fantastique clown Gilles Ostrowsky.

fureurs

 Des histoires de famille

Tout le monde a des problèmes de famille, mais chez les Atrides, les relations familiales sont tragiquement toxiques !  Le destin des Atrides marqué par le meurtre, le parricide, l’infanticide et l’inceste est le point de départ de cette pièce, avec, en prime, un défi d’interprétation : Gilles Ostrowsky seul en scène.

« La pièce se fabrique à même le plateau à partir de Gilles et de sa puissance comique insensée, sans texte de départ mais avec un thème : délirer de façon grotesque sur le mythe de l’Orestie », explique Jean-Michel Rabeux.

Le comédien incarne, tour à tour, les différents personnages de cette famille maudite : pythie inspirée, héros dévasté, conteur farfelu, Oreste délirant ou Clytemnestre en « drag-queen scintillante ». Ostrowsky joue sur le fil entre comique irrésistible et tragique absolu, tandis que Jean-Michel Rabeux  pousse sa mise en scène aux limites du grotesque avec un humour décapant.

Alors tous à Pantin pour la Saint-Valentin, car si les histoires de famille sont tragiques, les histoires d’amour, elles aussi, finissent mal !

Les fureurs d’Ostrowsky de Gilles Ostrowsky et Jean-Michel Rabeux

Jeudi 13 février à 19h30 et vendredi 14 février à 20h30

Théâtre du Fil de l’Eau à Pantin

Vous pouvez voir des extraits du spectacle ici

Plus d’informations sur le site de la Ville de Pantin 

Plus d’informations sur la Compagnie Jean-Michel Rabeux ici

Un merveilleux assaisonnement !

« C’est merveilleusement assaisonner la bonne chair que d’y mêler la musique ! » clamait le Bourgeois gentilhomme de Molière. Fort du succès de ses représentations de 2013, Une Grande Opéra-Bouffe revient le mardi 28 janvier 2014 pour pimenter à nouveau une soirée exceptionnelle, qui se déroulera salle Jacques-Brel à Pantin. Batida and co avait déjà assuré la promotion presse de ce spectacle en 2013 et nous remettons le couvert avec gourmandise, cette année encore !

Visuel Opéra Bouffe - Définitif-bd

Mélodieuses nourritures

Le projet du Grande Opéra-Bouffe, porté par l’ensemble vocal Sequenza 9.3 et le quatuor instrumental Cabaret Contemporain, est d’imaginer une nouvelle forme d’écoute du concert. En cherchant à rompre avec le rituel musical classique et en imaginant de nouveaux modes de représentation qui permettent de libérer la relation avec le public, ils ont conçu une forme musicale à partir d’une situation particulière : le banquet.

Il est vrai que le spectateur se croirait à la noce avec, dans la salle, un dispositif de tables dressées pour accueillir des convives, un service attentionné voire empressé – mais ne serait-ce pas un des comédiens délivrant quelques répliques d’un film en guise de mise en bouche – un répertoire de chants de la renaissance, de créations contemporaines et des détournements d’objets à des fins musicales pour nourrir l’oreille des gourmets. Les artistes sont à tables, ils se fondent parfois dans le public, ils divertissent et captivent l’auditoire par la musique et les propos, tous ayant trait à la cérémonie gastronomique.

Les sets musicaux sont entrecoupés du service et de la dégustation des plats concoctés par Belka Kheder le chef du Relais, restaurant d’insertion à Pantin, partenaire de ce festin qui nourrit, certes, mais surtout aiguise notre appétit musical !

Une Grande Opéra-Bouffe, le 28 janvier 2014  Salle Jacques- Brel à Pantin à 20h30

Par l’ensemble Sequenza 9.3 et le Cabaret Contemporain

Composé par Alexandre Markeos et Laurent Durupt

Lire le communiqué de presse de Batida and co

Plus d’informations sur le site de la Ville de Pantin

Tout est à construire

crédit photo : Tristan Jeanne-Vals

crédit photo : Tristan Jeanne-Vals

Depuis déjà deux ans, Batida and co assure la promotion de la saison culturelle de Pantin auprès des médias, et en cette année 2014, cette saison culturelle démarre avec des propositions théâtrales contemporaines qui vont bousculer le spectateur.

Voici notre petit coup de projecteur sur la pièce écrite et mise en scène par Pauline Sales « En travaux ».

Une rencontre au présent 

Lorsqu’André chef de chantier français rencontre Svetlana, poseuse de plaques de plâtre biélorusse, forcément ça bouge. C’est un homme, elle est une femme, ils viennent d’horizons radicalement différents. Entre lui qui bâtit sa vie comme il érige des murs, et elle qui traverse l’existence sans y laisser de traces, la collision est certaine.

La metteuse en scène maître d’œuvre

La pièce, construite comme un puzzle, retrace les moments forts de cette confrontation où ce qui compte c’est ce que l’on va bousculer, détruire et finalement découvrir chez l’autre, l’architecture de l’humain.

Pauline Sales a conçu, écrit et pensé cette pièce pour les deux acteurs Hélène Viviès et Anthony Poupard, familiers de son travail. Et signe sa première mise en scène par goût du travail en commun, dit-elle.

C’est en travaux, c’est pas fini, c’est un peu comme on est, pas encore terminé, et le travail qu’il reste à accomplir pour être comme on voudrait ou pourrait, et on meurt avant c’est sûr.

C’est un peu ce qu’on essaie de bâtir aussi bien dans nos vies que plus largement avec les autres dans la société, un présent et un futur, avec la confusion, les doutes, l’énergie, les contradictions et l’impuissance de notre époque.

C’est encore, c’est, espérons, c’est, malgré tout, toujours en travaux, en devenir, en recherche. En travaux au moins c’est encore possible. Pauline Sales

En Travaux, les 14 et 15 janvier 2014 Salle Jacques- Brel à Pantin à 19h30

Ecriture et mise en scène Pauline Sales

Interprétée par Hélène Viviès et Anthony Poupard

Plus de renseignements sur le site de la Ville de Pantin

Lire le communiqué de presse de Batida and co

Lire la news letter culturelle de la Ville de Pantin réalisée par Batida and co