Archives mensuelles : décembre 2015

Les Princes

En ces instants de trêve, où les fêtes religieuses et païennes se célèbrent dans le repli du premier cercle – familial et amical, la dernière suggestion de spectacle de Batida est une invitation au partage.

Le Cirque Tzigane Romanès propose au cœur de cet hiver, doux et brutal, un spectacle empli de tendresse et d’humanité « La Lune tzigane brille plus que le soleil ». Pour nous tous qui pouvons faire nôtres les mots d’Alexandre Romanès « Le monde m’a blessé, comme un animal vivant qu’on déchire avec les mains », le Cirque Tzigane Romanes nous fait le cadeau d’un baume de poésie. De quoi rafistoler nos cœurs, recoudre nos âmes et nous relier à nouveau.

Trandafira Romanes

Un peuple de promeneurs

Venus de la Petite Egypte, munis de lettres et sauf conduits délivrés par leurs protecteurs, héritiers d’une histoire méditerranée et européenne, ils ont pris le nom de Gitanos, gitans, au sud et de tziganes, en traversant l’Arménie et le Caucase.  Accueillis dans les villes, dans les cours royales, ils divertissaient par leur art sensible, spontané et poétique où se mêlaient tours de musique et de chants, funambules, contorsionnistes, trapézistes, danse, jonglage, rubans et cerceaux. Les tziganes sont les princes d’un royaume sans frontières, d’une nature errante, dispersée, insaisissable, riches de la Lune, leur mère, et de la nuit piquée d’étoiles.

Les spectacles du Cirque Romanès sont un retour permanent aux sources d’une culture ancestrale qui apparaît, aujourd’hui, comme un acte politique fort.  Leurs numéros appartiennent à un art du cirque pur, farouche et émouvant. Pleins de charme, fragiles, voire désuets, ils s’enchaînent avec une apparente spontanéité, racontant la vie tzigane au rythme vif du petit orchestre. Et puis Délia Romanès chante. Elle chante de cette voix slave qui porte en elle tout un monde étranger, ivre de tendresse et de tristesse ; elle chante à elle toute seule comme chante un chœur, l’éternel voyage des tziganes.

Sous le petit chapiteau intimiste des Romanès, tout est mouvement, énergie et liberté absolue, comme dans l’univers.

« La Lune tzigane brille plus que le soleil »

Jusqu’au 5 mai 2016, sous le chapiteau du Cirque Tzigane Romanès

Square Parodi, Bd de l’Amiral-Bruix 75016 Paris – Métro : Porte Maillot ( ligne1)

Publicités