Archives mensuelles : avril 2015

Au plaisir des maux

Un foutriquet* mal en point pourrait-il compromettre l’avenir d’un jeune et ambitieux interne  – un avenir brillant qui se dessine en anglaises gravées sur carton Lacermois ?

Déclinant états d’âme et du corps, le monologue gesticulatoire de Daniel Pennac, « Ancien malade des hôpitaux de Paris », mis en scène par Benjamin Guillard au Théâtre de l’Atelier , offre à Olivier Saladin, ex-Deschamps-Deschiens, la possibilité de déployer tous ses talents de conteur et interprète. Seul en scène, il insuffle au texte de Daniel Pennac une folie et un élan qui divertissent le spectateur, avec esprit et jubilation.

ANCIEN MALADE DES HOPITAUX DE PARIS Photo libre de droit Saladin Debout (c)Emmanuel Noblet

Cure de rires

Le plaisir symptomatique et manifeste de la représentation saisit immédiatement le spectateur. Attaquant son histoire au galop, déversant un texte qu’il sait hilarant, Olivier Saladin ne cache pas son bonheur d’être en scène. Il peuple l’espace de multiples personnages, crée des courses de brancards, des réanimations incertaines, accélère, ralentit, pose pour un instantané : la glorieuse carte de visite. Bref, il nous balade et nous entraîne.

Car, dans cette aventure loufoque d’une nuit aux urgences, au cours de laquelle un malade, multipliant les symptômes, met en échec tout le corps médical et l’ambitieux Docteur Galvan, tout devient possible. Les mots s’emballent, truculents, rabelaisiens au service d’une intrigue sans temps mort, qui ne laisse aucun répit au spectateur, jusqu’au retournement final. Le texte file la métaphore, glisse d’une image à l’autre, se joue des polysémies transformant les maux du corps en maux d’esprit. Il trouve dans la voix d’Olivier Saladin une vitalité et une intensité étonnantes.

On rit de bon cœur et à maintes reprises du malheur d’un autre, on sort réjoui. Le bonheur en intraveineuse !

« Ancien malade des hôpitaux de Paris » de Daniel Pennac, avec Olivier Saladin, mise en scène Benjamin Guillard.

Produit par Les Productions de l’Explorateur

Théâtre de l’Atelier 1, place Charles Dullin- 75018 Paris –

01 46 06 49 24,

Jusqu’au 6 juin 2015, du mardi au samedi à 21h – Dimanche à 15h (Relâches exceptionnelles les 12 et 13 mai)

« Ancien malade des hôpitaux de Paris » de Daniel Pennac est édité chez Gallimard dans la Collection Folio

*ultime défi du boss

Publicités

Le manifeste d’André

Il était impertinent, audacieux, joyeux, et singulier il avait foi en l’humain dont il voulait améliorer le quotidien. Il croyait en une plus grande liberté de déplacement, qu’il voulait accessible à tous.

Rendre hommage au visionnaire qu’était André Citroën, témoigner de l’empreinte qu’il a laissé dans l’industrie automobile et de la continuité de la promesse de la marque, tel était l’enjeu du film corporate produit par Batida and co et diffusé en ouverture de la conférence de presse du Mondial de Genève 2015.

image clip geneve 3

 Mémoire vive

André Citroën était un esprit positif, ouvert et curieux, il croyait que le progrès technologique apportait aux hommes une vie meilleure, et il voulait en faire partie. En quelques décennies, il a inscrit son empreinte en V dans le patrimoine national, son nom en 250.000 ampoules sur la Tour Eiffel et dans nos imaginaires, la type A, la traction avant, la 2CV. Ses successeurs ont dessiné la Méhari, la Xsara, la piquante C4 Cactus et ses déclinaisons. Tous ces véhicules ont su, par leur singularité, donner du relief à nos quotidiens, ils nous ont permis de repousser limites et frontières, d’envisager une vie sauvage et belle, de passer de cinquante nuances de gris à des couleurs pop et optimistes.

image clip geneve

Un pied de nez en guise de statement !

En puisant dans l’identité visuelle de Citroën, dans des images d’archives ou dans ses campagnes de publicité innovantes, Batida and co a produit un clip dynamique, moderne, frais et transgénérationnel, reflet de l’identité singulière de la marque. Rythmé par le « Happy » résolument « optimistic » du groupe C2C, le montage, réalisé avec l’aide d’un graphiste, colorise l’histoire et l’associe par des jeux de split screens, aux créations présentes, empruntes d’audace créative et d’humour joyeux. Au fil du film, le logo symbole imposant de la marque, monte en puissance et en visibilité dans ses déclinaisons successives. Cet engrenage à denture hélicoïdale taillée en V est l’exacte figure inversée du célèbre pied de nez d’André.

image clip geneve

Un coup d’œil sur le film ici.

Musique : Happy C2C  feat Derek Martin.