Archives mensuelles : février 2015

Se faire la toile

Le monde virtuel existe. Dans cet espace tentaculaire innervé de pages, profils, vidéos, la relation à l’autre se fait immédiate, spontanée,  vivante. Pour les artistes, les compagnies et les institutions culturelles, la communication digitale et les réseaux sociaux constituent de nouveaux moyens de toucher, conquérir et fédérer son public. Encore faut-il bénéficier d’une stratégie bien conçue,  aux contenus adaptés aux différents médias et d’une équipe dédiée à l’animation des plateformes web. Batida and co a intégré cette nouvelle donnée et développe pour ses clients des contenus web, riches, diversifiés et appropriés. Le dernier exemple en date est le Slava‘s Snowshow.

Le virtuel avant le réel – ou en même temps- c’est également ce que propose le site Kowok qui lundi 2 février présentait son premier show, sous le haut parrainage du réalisateur Jean Becker. Focus sur une initiative qui a emballé l’équipe de Batida and co et récit d’une manifestation chaleureuse.

Social Net Show

Kowok, est le premier réseau social révélateur de talents, couvrant toutes les disciplines artistiques (musique, danse, théâtre, humour, arts graphiques, mode, écriture). Son but : favoriser la rencontre artistes-public. Les artistes publient leur création sur le site, le public vote, assurant ainsi la notoriété des étoiles de demain !
Lancée en juillet 2014, la plateforme regroupe déjà plus de 700 artistes, et en ce lundi 2 février sur la scène mythique du New Morning, c’est la crème de la crème qui s’est retrouvée pour ce premier challenge, dans les catégories musique, danse, art dramatique et humour !

Kowok show

Quand le digital rencontre le réel, cela donne lieu à un show haut en couleurs où les 400 spectateurs ont pu interagir en live, grâce à leur smartphone. Un pouce vert suffisait pour afficher son soutien à son chouchou. Un pouce orange, et c’était la sanction !

Orchestré par Jean-Michel Proust, directeur artistique du réseau social, cette première kowokation donnait le la en présentant d’abord trois talents musicaux.  Chansons à textes, guitare acoustique ou musique folk, il y en avait pour tous les goûts. C’est finalement Le Trio Ella Foy  qui a conquis le public. Avec sa voix rauque taillée pour la soul afro-américaine, et ses deux musiciens surdoués, la jeune chanteuse de La Rochelle a fait frissonner l’assemblée.

En trois entrechats et deux saltos, les danseurs – dont on a cherché les suspensoirs *défi du Boss*- ont fait pulser la scène avec trois styles bien différents. A un premier danseur contemporain très remarqué succédait le quatuor plein de peps de Myriam Salhi, puis un danseur élastique, El Doctoy, clôturait le show. Myriam Salhi et son hip-hop électrique ont remporté ce challenge danse à l’issu des votes. Un grand sourire aux lèvres, elle et ses trois partenaires ont reçu le trophée et les précieux conseils du parrain danse, Cyril Cerveau.

A 22 heures,  les comédiens du challenge théâtre emportaient l’assistance dans un tourbillon d’émotions. Louise de Fleury livrait une interprétation remarquable d’un texte de Xavier Durringer et gagnait le challenge, sous les acclamations de l’assistance. Sam Karmann, parrain de la catégorie « art dramatique », n’a pas manqué de saluer le cran et la sincérité des trois comédiens qui ont brûlé les planches.

Parrainé par Marie-Blanche et Alain Chapuis, le challenge humour clôturait les défis. L’énergique duo Clotilde et Jason a secoué nos zygomatiques et remporté le trophée sous les applaudissements d’un public hilare !

Ce premier show a permis aux artistes de se dévoiler sur scène, révélant leur talent à la lumière des smartphones de spectateurs enthousiastes.  Et  les gagnants reviendront lors de la prochaine kowokation, en avril prochain pour affronter de nouveaux artistes ! Talents à suivre sur Kowok

Publicités

Qui c’est le Boss !

Lecteurs et lectrices assidus de ce blog,

Vous avez vu fleurir au gré des derniers billets la mention *défi du boss*, ce qui n’aura pas manqué d’exciter votre légendaire curiosité. Et si votre esprit sherlockien ou miss marpelien vous a poussé à enquêter, vous avez peut-être lu notre post sur facebook vous incitant à défier le boss !

Défier le Boss : frémissement du lectorat !

Une petite mise au point s’impose pour les plus rêveurs d’entre vous, ceux qui baguenaudent à travers nos billets, s’étonnent et puis s’en vont. Vous avez la possibilité de proposer au Boss des mots de votre choix – des plus fous aux plus savants, des plus originaux aux plus insolites, c’est vous qui décidez. Le challenge du Boss est de placer ces mots dans un billet à venir. Voici les premiers défis relevés sur notre page facebook  :

Nycthémère, poulpe, foutriquet, superfétatoire, suspensoir et soudjouk.

Nycthémère n’a pas laissé le Boss amer, le mot s’est logé ici ! Dorénavant le Boss ne saurait surseoir au placement du suspensoir, il devra glisser poulpe et soudjouk sans en faire une salade ou du boudin, éviter, évidemment, les formules superfétatoires, sinon il passera pour un fieffé foutriquet !

Il ne tient qu’à vous d’enrichir cette liste en postant vos propositions sur notre page facebook ou dans les commentaires de ce billet. N’hésitez pas non plus à encourager ou applaudir le Boss.