Archives mensuelles : juillet 2014

Discipline estivale

Alors que chez Batida and co, l’été 2014 est hyperactif,  pour certains d’entre vous cet été sentira peut-être, comme l’écrivait il y a déjà dix ans Philippe Muray dans son article « Dernier été avant les vacances », «l’illusion, l’abandon, l’espoir, les femmes qui dorment, la cendre rouge, le soleil noir, la discothèque dans la pinède, le massif des Maures mis à nus par ses grands incendiaires, les magazines qui parlent des amours de vacances, la route des vinothèques et des écomusées, la poussière jaune de villes et les trottoirs qui fondent ».  Il y aura certainement « des guêpes autour des compotiers et de nouveaux trucs de drague dans les journaux ». Mais plus sûrement encore, il y aura, emportée en villégiature, ayant droit aussi à son changement d’air, notre pile de livres à lire. Les incontournables de l’été, les rentrées littéraires 2013, les classiques à relire, ceux offerts ou prêtés, ceux empruntés à la bibliothèque municipale et ceux achetés sur un coup de tête ou de cœur, bref la pile d’ouvrages qui garantira que pendant que nos corps délassés sont au repos, nos esprits seront quant à eux nourris, revigorés, galvanisés !

Et si pour une fois nous ne cédions pas à l’injonction, si nous sortions des sentiers littéraires battus et partions à l’aventure. Oh pas très loin, juste là, dans les rayonnages des bibliothèques de nos maisons de campagnes, de nos villas de bord de mer, sur les étagères des locations saisonnières, n’y aurait-il pas quelques petits trésors ?

unnamed

Petit ouvrage stimulant

Sur la table de nuit d’une des chambres de la grande maison de famille, où se retrouvent pas moins de trois générations, voici ma découverte : Ouvrage curieux, traduit du latin, de Jean-Henri Meibomius, « De l’Utilité de la flagellation dans la médecine et dans les plaisirs du mariage, et des fonctions des lombes et des reins », dans son édition de 1795. On appréciera le double emploi salvateur de la flagellation, aussi bien pour la santé des corps que celle des couples, conseil qu’on ne trouvera certainement pas dans nos magazines d’été, pourtant riches en trucs et astuces pour stimuler tout  ce qui peut l’être en période estivale.

Ce qui est sûr c’est que ce petit livre a bien excité mes zygomatiques quand j’y ai lu : « Jérome Mercurialis nous apprend que plusieurs médecins ont ordonné la flagellation à des personnes maigres pour les engraisser et leur donner de l’embonpoint. Galien, citant à ce sujet les stratagèmes des marchands d’esclaves, qui se servaient de ce moyen pour les faire paraître plus brillants de fraîcheur et d’embonpoint, ne laisse aucun doute sur l’efficacité du remède .» Piquante démonstration !

Plus loin, l’auteur rentre dans le vif du  sujet,  le raffermissement par flagellation : « Personne n’ignore que la flagellation avec des orties vertes a le plus grand succès pour raffermir les membres et rappeler la chaleur et le sang dans les parties qui en sont privées. » Je laisse votre esprit, aiguillonné par cette introduction en matière, imaginer comment Meibomius, à force d’exemples, démontre comment la fustigation du dos  est un excellent stimulant de « l’acte de la génération ».  Je vous dirai juste que l’explication de Meibomius, s’appuyant sur de nombreuses citations (y compris bibliques) est qu’il existe une innervation directe des reins  aux organes de la génération, et tout comme lui je demanderai au lecteur de cet article estival qu’il me pardonne «ces plaisanteries innocentes, qui cependant, conduisent à des réflexions importantes et sérieuses ».

Car vous aussi, partagez avec nous ce que vous lisez cet été et les découvertes savantes ou insolites que vous avez faites !

Publicités

All that jazz

Les enfants du Jazz  dresseront leur grande scène au pied du Phare des Baleines sur l’Ile de Ré, entre le 16 et le 22 août. Au cœur des nuits chaudes de l’été rétais, les plus grands noms du Jazz, artistes renommés, confirmés, feront entendre les variations de la note bleue, du blues traditionnel au jazz manouche, en passant par le gospel new orleans.

Le Festival Jazz au Phare ne se limite pas à cette programmation tête d’affiche. Son ambition, renouvelée chaque année depuis sa création en 2009,  est de faire découvrir au public de nouveaux talents et de rendre la nuit plus intense, avec une scène électro enthousiasmante.

 Graine de Jazz

Dans le cadre de Jazz au Phare, un concours Jeune Tremplin est organisé à nouveau cette année, en partenariat avec Cristal Records et la SACEM. Musiciens amateurs, semi-pro ou professionnel, improvisateurs, compositeurs, chanteurs ou orchestres, tous les talents jazz sont invités à se produire, chaque jour à 11 h au Théâtre de Verdure.  Audrey & les Faces B a remporté ce concours en 2012 et a retourné littéralement le Festival en 2013. L’année dernière, le lauréat était Thomas Mayeras et son trio que l’on retrouvera pour deux concerts lors de cette 5ème édition.

Thomas Mayeras et son TrioThomas Mayeras Trio Jazz au Phare 2013. DR

Seront également présents le chanteur- showman et pianiste, Matthieu Boré, le ténor français, Olivier Témime et son groupe Massaliaz, constitué de Michel Zenino, le leader à la contrebasse et Jean-Pierre Arnaud à la batterie, l’orchestre à sketchs, Orphéon Célesta, le virtuose de la guitare manouche Rocky Gresset et le groupe cajun La Planche à laver, Flying home et son swing ravageur, Suzie Blackstone qui balance entre country et rock’n roll, l’Emett Brown Project avec sa modernité proche de l’acid jazz et Christophe Dunglas & Mulligan Vocal, hommage au grand Gerry Mulligan et aux Double Six.

 Bien après minuit

Top on the greenDR

Pour les noctambules,  Top On The Green (le Théâtre de verdure) électrisera à nouveau les profondeurs de la nuit. A partir de minuit, chaque soir, le Théâtre de Verdure s’ouvrira à la lumière syncopée des DJ déchaînés du Wrecka Spinnazz Club, incontournables de la scène underground. Après les vibrations des concerts proposés par le Festival, la danse et la musique, libérées de toute contrainte, l’énergie communicative et la simplicité des échanges feront de Top on The Green, comme chaque année, le lieu idéal pour voir la nuit s’achever dans les lueurs de l’aurore rose et fraîche.

Traits d’union

« L’art est une des manifestations du risque dont le cœur humain a besoin pour se renouveler.» Anne&Julien

Qu’on les qualifie d’activistes, d’agitateurs, de fantassins ou d’infatigables défenseurs de la scène artistique alternative, Anne & Julien, couple duettiste, ont surtout l’art dans la peau. Passionnément, ils tracent des voies d’accès aux sous-cultures ou cultures bis qui s’élaborent en marge des structures institutionnelles. Une démarche audacieuse que Batida and co partage et soutient.

De l’Hydre de l’Art, leur première expérience de galerie en 1986 à Tatoueurs, tatoués la nouvelle exposition du Musée du Quai Branly (mai 2014-octobre 2015), en passant par HEY !, leur revue sur le modern art et la pop culture, ils découvrent, révèlent, mettent en page et en scène ces productions artistiques dont l’esthétique et l’inspiration ne viennent pas des « beaux arts » traditionnels.

HEY ! Revue égoïste

Ils avaient rêvé d’une revue sur l’art contemporain qui leur ressemble, une qui n’existait évidemment pas, une qui montrait leur amour de la singularité. Depuis 2010, Anne & Julien sont les rédacteurs en chef de HEY ! Modern art & pop culture, cette entreprise égoïste née de leurs fantasmes, qui donne superbement à voir un grand choix d’artistes.

heyDR

Objet collectionnable, éditée trimestriellement, la revue honore les productions d’images multiples et contemporaines venues d’horizons aussi divers que le graphisme, la sculpture, la peinture, la bande dessinée, le street art ou les travaux d’artistes tatoueurs.

Chaque numéro est guidé par le goût d’Anne & Julien, leur plaisir à regarder, à découvrir, il est telle une exposition collective. L’artiste et son œuvre, au cœur du texte et de l’iconographie, sont véritablement mis en scène et en citation. La voix critique se tait pour laisser s’opérer la magie de la rencontre entre l’artiste, son œuvre et le lecteur. « Nos pages sont comme des murs, chaque maquette est un accrochage et nous n’accrochons jamais de la même manière selon le lieu, la superficie. »

Les murs de papier d’Anne & Julien se sont tout naturellement matérialisés dans le cadre de deux grandes expositions qu’ils ont conçues en musée (à La Halle Saint Pierre à Paris en 2011 et 2013), avec les œuvres des artistes publiés.

Tatoueurs, Tatoués : peaux illustrées

Tatoueurs, Tatoués au Musée du Quai Branly

Nouvelle exposition pour Anne & Julien inaugurée le 6 juin dernier, alors que la revue HEY ! s’apprêtait à fêter ses 4 ans, Tatoueurs, tatouées obéit à la même volonté d’approche singulière de l’art du tatouage.

Pendant les 17 mois d’exposition, les quelques 300 œuvres historiques et contemporaines présentées, dont certaines réalisées spécialement pour l’exposition sur des corps en silicone, mettent en perspective une histoire non écrite, vécue à même la peau. Les variations des techniques, motifs, et significations selon les âges et les continents sont ici retracées, restituées pour tenter d’expliquer ce qui, dans l’art du tatouage, aujourd’hui banalisé, fascine encore.

 Exposition Tatoueurs, Tatoués au Musée du Quai Branly du 6 juin 2014 au 18 octobre 2015, plus d’informations ici .

 Pour en savoir plus sur Anne & Julien, et leurs multiples activités, rendez-vous sur le blog de la revue HEY et ne ratez pas le prochain numéro de HEY : hors série HEY ! TATOO sortie prévue en novembre 2014, en librairie.